Artiste en résidence Musée Bernard Boesch - Benoît Laure

Artiste Benoît Laure - en résidence au musée Bernard Boesch du 23 février au 26 mai.

Peindre… 
Le besoin de créer est addictif.

 Lorsque que je commence un tableau, je ne sais pas où je vais, ou alors d’une façon très flou. Je me laisse guider d’abord par mes pensées. Ensuite il s’agit d’oublier ses pensées et le voyage commence véritablement. C’est une navigation aux étoiles et non au GPS, le voyage est plus riche mais le risque de rencontrer un écueil  ou de s’échouer est plus grand. Si cela arrive, alors on gratte, on efface, on recommence, la toile se couvre de cicatrices et acquière naturellement la grâce et la profondeur des visages qui ont vécus, des êtres qui sont tombés et qui se sont relevés. Ainsi la beauté peut ETRE.
Mes influences  picturales:
 J’ai l’impression qu’on ne peint jamais seul, d’autres peintres nous accompagnent.
Si je devais avoir un Panthéon artistique, à la première place je mettrais Picasso. Son œuvre est immense et géniale, en peinture, gravure, dessin, sculpture et céramique.
J’aime aussi beaucoup, Matisse, De Kooning,  Basquiat, les dessins de Rodin, Miquel Barcelo et Rebeyrolle, Labégorre  ou Robert de Niro senior.
Adolescent j’ai aussi beaucoup admiré les dessinateurs Hugo Pratt et Alberto Breccia.
Techniques :
Mon travail emprunte plusieurs chemins :
Celui  qui fusionne la cendre, la suie, le charbon, les pigments, l’encre de chine, une union de matériaux qui tiennent tant du feu  que de la Terre.  Avec ces matériaux, j’ai commencé par dessiner des visages de Massaïs, de Dogons, de Nubas. 
Ensuite j’ai continué à utiliser cette technique avec une série de poules, de coqs et de poissons.
Un autre chemin suit les lignes du corps humain, nus instinctifs et légers, aquatiques, aquarelles, encres, kalam et mine de plomb. Ce sont des croquis de nus réalisés avec un modèle, les poses allant d’une à quatre minutes.
Et enfin le chemin le plus escarpé, celui de l’huile sur toile ou de l’acrylique,  où se succèdent les couches de peinture, grattages, empâtements, repentirs, ratures, aplats, lignes nerveuses, où se rencontrent le léger et le lourd dans une succession d’instants présents figés dans l’épaisseur d’une image. Généralement je travaille deux ou trois toiles en même temps, sur une période assez longue qui peut aller de quelques jours à plusieurs semaines.
La gravure occupe également une place importante.
Gravure sur zinc ou plexiglass, à la pointe sèche ou linogravure, gravure sur bois. ..
Le plus souvent je peins sur la plaque gravée afin d’obtenir des tirages colorés et uniques puisqu’ils s’apparentent plus à des monotypes qu’à des tirages en série.
Je joue avec les effets de velature et les traces que laisse le graveur sur la plaque lorsque la tarlatane essuie le surplus d’encre.
Parcours 
Une maitrise en Arts Plastiques à Rennes, un passage par la Sorbonne en histoire de l’art, un magister de réalisateur en cinéma d’animation, voilà pour  les diplômes. 
Des voyages et des rencontres artistiques, notamment en Argentine, une enfance à Casablanca, des navigations en Bretagne, voilà pour l’exotisme.
Des ateliers, des expos, des cours donnés dans des écoles d’arts, des collaborations en tant que dessinateur à des longs métrages de cinéma d’animation (« Peur du noir » de Mc Guire, bluch, Mattotti, Burns , « U » de Solotareff,  « La tortue rouge » de Michael Dudok de Wit, actuellement  en production :« la fabuleuse invasion des ours en Sicile » de Mattotti) et à de nombreuses séries de dessins animés pour la télévision, voilà pour le quotidien.
Coordonnées & Contact
Adresse :
Musée Bernard Boesch - 35 Rue François Bougouin - 44510 LE POULIGUEN
Contact :
Musée Bernard Boesch - 35 rue François Bougouin - 44510 LE POULIGUEN
Téléphone : 02 40 01 53 08
Ouvertures
Du 23 Février au 26 Mai 2019
- Ouvert tous les jours.
Accès
Informations complémentaires
Type d'Animation
  • Exposition
Thème de l'Animation
  • Arts (peinture, sculpture...)
Public(s) Concerné(s)
  • Tout public